3 choses importantes à se rappeler sur l’armure de Dieu

Ce matin on termine notre parcours d'Ephésiens avec mon frère Sylvain. L'occasion de me rappeler 3 choses importantes au moins sur l'armure de Dieu.

1- C’est l’armure de Dieu

Même si on en entend souvent parler, le texte en lui-même ne me semble pas faire de lien évident avec un quelconque soldat romain. D’autant plus qu’on ne parle pas d’homme ici mais d’esprit d’après Ep 6.11. Par contre, ces armes sont des notions courantes du livre d’Ésaïe par exemple :

-En Ésaïe 11.4,5: le rejeton/rameau manie le sceptre de sa parole pour exercer sa justice qu’il porte comme une ceinture.

-En Ésaïe 49.2: le serviteur de l’Éternel a une parole tranchante comme une épée.

-En Ésaïe 59.17 : le « bras » de l’Éternel (ou lui-même) porte encore une cuirasse de justice, mais aussi un casque du salut.

-Et que dire des fameuses Nike Air Évangile d’Ésaïe 52.7…?

C’est important parce qu’on perd ce côté divin à vouloir coller cette armure sur le dos d’un soldat humain. Oubliez le titre « armure du chrétien » de votre Bible; c’est l’armure spirituelle de Dieu; elle ne nous appartient pas. Paul le répète 2 fois (v.11 et 13). Nous devons lui en être terriblement reconnaissants et totalement dépendants.

Application

Cette vérité tue mon auto-suffisance et me pousse ce matin à un plus grand attachement à Dieu qui met à ma disposition les ressources pour continuer dans la foi jusqu’à la victoire (spirituelle) finale.

 

2- Paul a manié cette armure dans sa lettre

Comme en Ésaïe, ces images ne font qu’appuyer des réalités tangibles et palpables. Et il n’y a pas de meilleur endroit que dans la lettre même pour y trouver leur signification. Nous sommes dans la conclusion de la lettre qui rassemble les réalités spirituelles et pratiques des 2 parties de la lettre. Paul donne un dernier impératif (notre 3e point) et rassemble magnifiquement l’enseignement de toute la lettre en une seule image. En observant bien, on voit qu’il parle des armes qu’il a lui-même maniées tout au long de sa lettre :

-La puissance de Dieu (Ep 6.10) la même qui a ressuscité Christ et l’a élevé (Ep 1.20-22) et qui agit en nous (Ep 3.20); celle qu’il demande dans sa prière du chapitre 1.

-Face aux « pouvoirs » qui sont soumis à Christ (Ep 1.21) et admiratifs de la sagesse infiniment variée de Dieu par le prisme de l’Église (Ep 3.10).

-La vérité (de l’Évangile), depuis Ep 1.13 où elle sauve, en passant par Ep 4.15 où elle édifie (remarquez ici que l’Évangile est pour l’entrée comme pour la suite de la vie chrétienne).

-La justice. Depuis le chapitre 3 où Paul a invité ses lecteurs à « marcher d’une manière digne de l’Évangile » et qu’il explique dans les différentes sphères de notre vie ici-bas (en Église, personnellement, dans le couple, à la maison, au travail).

-Le zèle dont il a fait personnellement part en parlant de sa mission au début du chapitre 3, alors qu’il est en prison et prie pour que l’Évangile progresse encore.

-La foi qui était le cadeau de Dieu au chapitre 2 et la sève et le but de l’Église au chapitre 3.

-Le salut glorieusement exposé en [1.3-2.10].

-L’épée de l’Esprit, définie autrement par « la Parole de Dieu » (encore une fois Esprit et Parole vont de pair ici)

-Enfin, la prière pour les progrès de l’Évangile après avoir rédigé lui-même le contenu de ses prières aux chapitres 1 et 3 (remarquez ici que Paul était loin d’improviser en matière de prière et les partageait intentionnellement)

Application

Toutes ces images, remplies des vérités exposées tout au long de la lettre, sont notre moyen d’être fortifiés pour « tenir ferme » spirituellement. Un grand encouragement ce matin à me rappeler que je suis plongé dans une bataille spirituelle réelle et à redoubler d’efforts pour manier ces moyens ordinaires qui ont une portée spirituelle impressionnante: m’attacher à la lecture régulière de la Bible, à la pratique des œuvres justes qui découlent de l’Évangile, à témoigner, et à être reconnaissant pour la paix que Dieu nous a accordée en Christ sans laquelle je ne pourrais pas être assez fort.

 

3- Elle sert à tenir ferme

Dernier rappel important, parce que l’expression « combat spirituel » est un peu devenue un fourre-tout. Le but évident pour Paul est de tenir ferme (v.11,13,14). Non seulement parce que la bataille est rude (v.12) mais aussi parce que notre but est de nous laisser fortifier (v.10 et 4.14-16).

Pas besoin d’effectuer un tri entre les armes défensives et les armes offensives, la bataille est déjà remportée, Christ est assis sur ses ennemis, nous n’avons plus qu’à tenir ferme. De l’autre côté du prisme, la vie chrétienne n’est pas non plus une décision sur laquelle on surfe les bras croisés jusqu’à la destination finale. C’est un combat à mort. Et quelle efficacité ! L’Éternel et son serviteur en Ésaïe se sont parés de cette armure et nous, chrétiens, connaissons l’issue de son combat. Il est vainqueur, éternellement triomphant face à ses ennemis et même face à la mort.

Père, permets-nous de tenir ferme encore aujourd’hui.

 

Pour aller plus loin, ne ratez pas l’excellente série Parle-moi maintenant de Dominique sur la lettre aux Éphésiens

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck le sert à l'Église Protestante Les Deux Rives, à Toulouse. Il est marié à Flavie, ils ont 5 enfants.

Articles pouvant vous intéresser

3 thoughts on “3 choses importantes à se rappeler sur l’armure de Dieu

  1. Philippe Baudoin dit :

    Merci pour ce partage et ces encouragements. Je me permets de faire 2 remarques qui sont une compréhension qui m’a personnellement beaucoup aidé à appliquer ce texte.
    1/ Comme vous le dîtes, l’armure est celle de Dieu et elle est même Jésus Christ (il est la vérité, notre justice, il s’agit de Sa foi, Son zèle, Son Salut, etc. Paul nous appelle à nous revêtir de Christ, Ro 13.14) et il s’agit d’armes puissantes et non d’armes humaines. Alors quand on parle de justice (entre autres), je ne crois pas qu’on parle pas de notre propre justice, ou droiture, mais de celle de Christ, Sa justice : face à la vérité (nous, enfants de Dieu, qui avons été déclarés justes en lui), le mensonge du diable qui tente de nous accuser ne peut que glisser, il ne peut nous atteindre. Il s’agit ici de connaissance (ginosko, une connaissance pas juste intellectuelle) de qui nous sommes en Christ. Car si ma protection, cette armure, dépend de ma droiture, alors je tremble et cette armure est bien peu puissante et au moindre faux pas, je serai abattu. (il en est de même pour la vérité, le Salut, la foi, etc.) Mais si je me vêtis de Sa justice, alors qui m’accusera ? Personne car le mensonge n’a pas de place face à la vérité. Bien évidemment, Paul nous appelle, à vivre droitement ! Mais comme une conséquence de la connaissance de Lui, de Sa vérité. Car c’est la vérité qui produit justice et sainteté : Eph 4.24, Jean 17.17. C’est donc la connaissance de Dieu (pour laquelle Paul prie en Eph 1.17) et de mon identité en Christ qui m’amènent à marcher en sainteté.
    2/Concernant l’épée de l’Esprit, le grec parle de la Parole que “manie l’Esprit” : ce n’est pas seulement la lecture de la Parole qui me protège mais l’Esprit qui la manie en moi, comme il l’a fait avec Jésus dans le désert contre les tentations du diable. Il est d’ailleurs encore question de prières “par l’Esprit” et c’est l’Esprit qui nous enseigne, nous fait comprendre la Parole. Paul commence sa lettre en parlant du Père, Fils, Saint-Esprit et la termine en parlant du Père (qui donne l’armure), du Fils (l’armure) et du St Esprit (qui la fait fonctionner). Gloire à Dieu !
    Soyez bénis

    1. Franck dit :

      Bonjour Philippe, et merci pour votre contribution : le fer aiguise le fer !

      1) Comme vous le faites remarquer à la fin de ce point, je pense sincèrement que l’utilisation du mot « justice » dans le contexte de cette lettre correspond à la justice personnelle. Comme Dominique l’a traduit dans son podcast (que je vous conseille) : « la droiture ». Nous ne sommes pas ici dans le contexte de l’épître aux Romains par exemple. La « justice » en Ephésiens est le produit de la vérité de l’Évangile (4.1, et spécialement les occurrences en 4.24 et 5.9). Au chapitre 6 Paul ne fait que conclure ses emplois de « justice » avec cette image. Si sa signification avait changé en cours de route, je pense que nous aurions des indications. Qu’en pensez-vous? Je pinaille, mais il va de soi que ce comportement juste est une conséquence de l’Évangile et vous le faites bien remarquer.

      2) Je ne suis pas encore assez avancé en grec pour comprendre la subtilité du génitif (est ce bien cela?) mais il est clair que même si l’Esprit rend l’épée de la Parole efficace, nous n’en sommes pas moins appelés à la passivité, n’est ce pas?

      Content de pouvoir échanger avec vous à propos de ce grand Dieu avec lequel vous terminez, pleinement investis pour nous bénir.
      Plus que de vous souhaiter de nouvelles bénédictions, je prie (c’est de rigueur) pour que nous puissions mieux comprendre celles sont Christ nous comble.

      1. Philippe Baudoin dit :

        Bonjour Franck

        Merci de votre retour et du temps pris pour me répondre ! Je réalise que ce nouveau post est long mais je préfère être précis pour être aussi clair que possible et à ce propos, je ne crois pas que vous pinailliez : c’est justement cette attitude, je crois, qui fait la différence et qui nous amène à méditer plus profondément plutôt que de simplement accepter ce qu’on entend ou lit.

        Je respecte votre compréhension. Je suis cependant en ligne avec ce que vous dîtes mais, dans mes commentaires, je ne fais qu’ajouter une couche de compréhension par dessus. J’ai remarqué que les prédicateurs ne s’entendent pas tous et parlent, pour ce passage, soit de notre justice personnelle (+zèle, etc), soit de celle de Christ (Sa justice, etc). Ma compréhension est que Paul fait en fait référence aux 2 (revêtir = connaissance de qui nous sommes en Christ + appliquer, non pas par nos forces (chair), mais comme une conséquence de cette connaissance). Un peu comme Christ a accompli la loi pour nous mais nous sommes tout de même appelés à observer ce qu’elle dit (cf les leçons du sermon sur la montagne) et que Jésus a résumé en 1 commandement nouveau qui la contient. La connaissance de Christ, c’est remplacer nos anciennes croyances/vérité par La vérité et cela nous amène à nous comporter naturellement selon ce que nous sommes déjà vraiment en Christ, notre nouvelle identité (et non plus selon l’ancienne nature).

        Dans les Chapîtres 4 à 6, Paul donne 35 consignes au chrétien. En conclusion de sa lettre, on peut donc comprendre qu’il nous encourage à mettre en pratique cela à travers l’armure. Oui ! C’est l’aspect pratique. Mais si on s’arrête à cela (j’appelle cela le “faire”) on risque de faire par nos forces, s’épuiser et échouer car l’armure n’est pas humaine mais de Dieu. Paul veut nous montrer comment la connaissance de Christ va automatiquement nous amener à mettre en pratique (ce qui n’est pas une invitation à la passivité et la vie de Paul nous montre combien sa vie de victoire en Christ a aussi été une vie de persécutions et d’action et non de passivité. On peut bien sûr citer Jésus, évidemment !). Bien entendu, nous sommes appelés à vivre ces choses (droiture, zèle, etc) mais comme une conséquence de notre connaissance de Christ et notre identité nouvelle en Lui (la vérité remplaçant le mensonge et face à la vérité, les mensonges de l’ennemi ne peuvent rien). C’est précisément la raison pour laquelle Paul commence sa lettre et insiste tant, dans les chapitres 1 à 3, sur notre identité, position et héritage en Christ et qu’il prie pour que l’Esprit nous éclaire sur ces choses, que nous les comprenions non avec la tête mais avec le coeur. Seul l’Esprit Saint peut nous donner cette compréhension, opérer ce renouvèlement de notre intelligence.

        Watchman Nee a écrit : “pour marcher, il faut d’abord savoir qu’on est assis !” C’est la connaissance de la vérité (nous sommes assis avec Christ, Christ est notre Justice (1 Co 1.30), notre paix (Eph 2.14) etc) qui nous permet de marcher en droiture etc (Eph 4.24, Jean 17.17). Je ne dis pas que votre interprétation ou celle de Dominique est incorrecte (nous sommes appelés à vivre selon la justice !) mais que cette droiture ne peut découler que de la connaissance (avec le coeur, pas juste la tête) de la vérité, notamment que Jésus est avant tout notre Justice. Car on parle bien d’armes de Dieu, pas de nos armes à nous (je ne vois pas en quoi ma justice est une cuirasse invincible. Mais Christ, ma justice (1 Co 1.30), en est une !). Sans cette connaissance profonde, ma droiture risque d’être le produit de la chair et je vais vite m’épuiser et me laisser décourager par l’Ennemi. Quand je péche, l’Ennemi va m’envoyer des flèches (mensonges) pour me rappeler que je ne suis pas juste, il va m’accuser. Mais si j’ai bien revêtu ma cuirasse de justice (= connaissance du coeur, confiance totale en Dieu sur le fait qu’il est ma justice), alors ses flèches ne pourront plus rien sur moi car la vérité est que j’ai la justice de Christ et je pourrai lui dire avec affirmation : je suis juste en Christ (il est ma justice), même si, dans les faits, mon comportement n’est pas celui d’un juste. Cette connaissance me permet d’arrêter les flèches de l’accusation, ce qui ne m’affranchit pas bien sûr de persévérer dans ma marche dans la connaissance de Christ pour l’application pratique des consignes données par Paul, notamment renoncer à mon ancienne manière de vivre. Sans cette connaissance que Christ est ma justice (et croire Dieu n’est pas aussi simple que savoir ce que Dieu dit), l’accusation du diable me plaquera au sol et ralentira ma sanctification par Dieu (marcher en droiture, avec zèle, etc.). En bref, ce que je veux dire c’est que notre “Faire” va découler de notre connaissance de Dieu. Je crois vraiment que c’est le message de Paul dans sa lettre (d’où les 3 premiers chapitres qui sont placés avant les 3 suivants).

        2/ Paul ne nous appelle pas à la passivité, effectivement. Je ne sous-entendais pas que nous n’avons pas à lire la Parole, bien au contraire ! Je voulais juste dire que Paul ici dit que ce n’est pas nous (et notre connaissance de la Parole) qui allons oeuvrer mais l’Esprit qui va nous conduire, qui va manier la Parole en nous (notre part reste de l’étudier bien sûr). A noter que le mot grec employé pour Parole ici est rhema, qui a un sens différent de celui employé dans Jean 1 (logos). Dans cette armure, l’Esprit est clé : pour nous faire comprendre la Parole, la manier en nous, prier (par l’Esprit qui sait mieux que nous quoi prier mais avec notre participation), etc. On retrouve d’ailleurs la Trinité (le Père qui donne l’armure, le Fils qui est l’armure et le St Esprit qui nous permet de la revêtir). Tout nous est donné, l’armure et son maniement, mais notre part est quand même de la revêtir et c’est une part active : TU te fortifies dans le Seigneur, TU revêts, TU tiens ferme, etc. Nous avons une part active pour grandir dans la connaissance de Christ (la vérité) et aussi nous laisser édifier et sanctifier par Dieu (1 Th 5.23, Jean 17.17, 1 Co 1.8), ce qui demande d’accepter de renoncer à notre ancienne manière de vivre et ceci n’est pas le plus facile on le sait. Et pour conclure, la connaissance de Dieu ne va pas nous laisser oisifs (2 Pi 1.3-8)…

        Merci encore pour ce partage et aussi pour votre travail (équipe TPSG) sur le site qui est tout à la gloire de Dieu et dont nous sommes au bénéfice, nous lecteurs. Nous n’avons peut-être pas la même compréhension. Ce n’est pas grave. Ce qui nous unit (le message essentiel) est plus grand que ces différences d’interprétation et je crois que le Seigneur, par ces différences et échanges dans l’amour, nous fait méditer et grandir ensemble. J’aime beaucoup cette parole de Jésus qui dit “réjouissez-vous de ce que vos noms soient inscrits dans les cieux”. A lui soit toute la gloire. Je m’associe aussi complètement à votre prière : Amen, amen ! Que Dieu nous donne un esprit de sagesse et de révélation qui nous fasse le connaître (Eph 1.18)

Comments are closed.

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image