3 choses importantes à se rappeler sur l’armure de Dieu

Ce matin on termine notre parcours d'Ephésiens avec mon frère Sylvain. L'occasion de me rappeler 3 choses importantes au moins sur l'armure de Dieu.

1- C’est l’armure de Dieu

Même si on en entend souvent parler, le texte en lui-même ne me semble pas faire de lien évident avec un quelconque soldat romain. D’autant plus qu’on ne parle pas d’homme ici mais d’esprit d’après Ep 6.11. Par contre, ces armes sont des notions courantes du livre d’Ésaïe par exemple :

-En Ésaïe 11.4,5: le rejeton/rameau manie le sceptre de sa parole pour exercer sa justice qu’il porte comme une ceinture.

-En Ésaïe 49.2: le serviteur de l’Éternel a une parole tranchante comme une épée.

-En Ésaïe 59.17 : le « bras » de l’Éternel (ou lui-même) porte encore une cuirasse de justice, mais aussi un casque du salut.

-Et que dire des fameuses Nike Air Évangile d’Ésaïe 52.7…?

C’est important parce qu’on perd ce côté divin à vouloir coller cette armure sur le dos d’un soldat humain. Oubliez le titre « armure du chrétien » de votre Bible; c’est l’armure spirituelle de Dieu; elle ne nous appartient pas. Paul le répète 2 fois (v.11 et 13). Nous devons lui en être terriblement reconnaissants et totalement dépendants.

Application

Cette vérité tue mon auto-suffisance et me pousse ce matin à un plus grand attachement à Dieu qui met à ma disposition les ressources pour continuer dans la foi jusqu’à la victoire (spirituelle) finale.

 

2- Paul a manié cette armure dans sa lettre

Comme en Ésaïe, ces images ne font qu’appuyer des réalités tangibles et palpables. Et il n’y a pas de meilleur endroit que dans la lettre même pour y trouver leur signification. Nous sommes dans la conclusion de la lettre qui rassemble les réalités spirituelles et pratiques des 2 parties de la lettre. Paul donne un dernier impératif (notre 3e point) et rassemble magnifiquement l’enseignement de toute la lettre en une seule image. En observant bien, on voit qu’il parle des armes qu’il a lui-même maniées tout au long de sa lettre :

-La puissance de Dieu (Ep 6.10) la même qui a ressuscité Christ et l’a élevé (Ep 1.20-22) et qui agit en nous (Ep 3.20); celle qu’il demande dans sa prière du chapitre 1.

-Face aux « pouvoirs » qui sont soumis à Christ (Ep 1.21) et admiratifs de la sagesse infiniment variée de Dieu par le prisme de l’Église (Ep 3.10).

-La vérité (de l’Évangile), depuis Ep 1.13 où elle sauve, en passant par Ep 4.15 où elle édifie (remarquez ici que l’Évangile est pour l’entrée comme pour la suite de la vie chrétienne).

-La justice. Depuis le chapitre 3 où Paul a invité ses lecteurs à « marcher d’une manière digne de l’Évangile » et qu’il explique dans les différentes sphères de notre vie ici-bas (en Église, personnellement, dans le couple, à la maison, au travail).

-Le zèle dont il a fait personnellement part en parlant de sa mission au début du chapitre 3, alors qu’il est en prison et prie pour que l’Évangile progresse encore.

-La foi qui était le cadeau de Dieu au chapitre 2 et la sève et le but de l’Église au chapitre 3.

-Le salut glorieusement exposé en [1.3-2.10].

-L’épée de l’Esprit, définie autrement par « la Parole de Dieu » (encore une fois Esprit et Parole vont de pair ici)

-Enfin, la prière pour les progrès de l’Évangile après avoir rédigé lui-même le contenu de ses prières aux chapitres 1 et 3 (remarquez ici que Paul était loin d’improviser en matière de prière et les partageait intentionnellement)

Application

Toutes ces images, remplies des vérités exposées tout au long de la lettre, sont notre moyen d’être fortifiés pour « tenir ferme » spirituellement. Un grand encouragement ce matin à me rappeler que je suis plongé dans une bataille spirituelle réelle et à redoubler d’efforts pour manier ces moyens ordinaires qui ont une portée spirituelle impressionnante: m’attacher à la lecture régulière de la Bible, à la pratique des œuvres justes qui découlent de l’Évangile, à témoigner, et à être reconnaissant pour la paix que Dieu nous a accordée en Christ sans laquelle je ne pourrais pas être assez fort.

 

3- Elle sert à tenir ferme

Dernier rappel important, parce que l’expression « combat spirituel » est un peu devenue un fourre-tout. Le but évident pour Paul est de tenir ferme (v.11,13,14). Non seulement parce que la bataille est rude (v.12) mais aussi parce que notre but est de nous laisser fortifier (v.10 et 4.14-16).

Pas besoin d’effectuer un tri entre les armes défensives et les armes offensives, la bataille est déjà remportée, Christ est assis sur ses ennemis, nous n’avons plus qu’à tenir ferme. De l’autre côté du prisme, la vie chrétienne n’est pas non plus une décision sur laquelle on surfe les bras croisés jusqu’à la destination finale. C’est un combat à mort. Et quelle efficacité ! L’Éternel et son serviteur en Ésaïe se sont parés de cette armure et nous, chrétiens, connaissons l’issue de son combat. Il est vainqueur, éternellement triomphant face à ses ennemis et même face à la mort.

Père, permets-nous de tenir ferme encore aujourd’hui.

 

Pour aller plus loin, ne ratez pas l’excellente série Parle-moi maintenant de Dominique sur la lettre aux Éphésiens

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck est marié à Flavie. Ils ont 4 enfants. Après un cursus à l'Institut Biblique de Genève, Franck et sa famille ont rejoint une implantation à Toulouse. Franck a aussi le souci que les graffeurs entendent l'Évangile avec GospelOnWallz.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image