Discerner ce qui est satanique

Si vous êtes en quête d'une méthode pour "discerner" les signes cachés qu'un objet, une mode, un son ou une personne appartient à Satan, cet article vous propose encore plus croustillant.

Parce qu'attention, si vous croyez qu'en tant que chrétien vous êtes appelé à être assez clairvoyant pour faire la distinction entre ce qui est "satanique" de ce qui ne l'est pas, j'ai le regret de vous annoncer que d'après 2Tim 2.26 vous êtes sûrement tombé dans un piège du diable lui-même et de ses mensonges. Voici pourquoi:

La vision dualiste du monde, c’est du flan

 La Bible est claire sur le sujet, Dieu ne lutte pas contre une force égale à la sienne. Le Bien et le Mal ne jouent pas à armes égales dans le monde que Dieu a créé. Satan est une créature et il rend des comptes à Dieu comme tout autre être créé. Certes puissant, sa meilleure arme, c’est le mensonge. Et s’il a réussi à vous faire croire que vous devez le redouter tout autant que le Créateur, vous êtes tombé dans son piège. Vous avez laissé la vérité de la foi pour adopter une vision dualiste ou manichéenne du monde.

Pas non plus de 3e catégorie

Si on suit la logique de ceux qui identifient le « satanique » du reste (parce qu’il faut trouver un nom à la 2nde catégorie) on doit même créer une 3e catégorie. Il y aurait autour de nous:

  • (1)tout ce qui est saint, comme mon CD de louange,
  • (2)tout ce qui est normal/neutre, comme ma voisine,
  • (3)ce qui est vraiment sombre, satanique et démoniaque comme Rihanna et Jay-Z.

La vérité, ce que la Bible enseigne, c’est que tout ce qui nous entoure, les Hommes compris, agit « conformément au prince de la puissance de l’air » (Ep 2.2). Il nous est donc impossible de trier ce qui est satanique de ce qui ne l’est pas. Soit l’on appartient à Satan, soit nous sommes sous l’autorité du règne de Jésus-Christ.

Récemment un frère m’a envoyé une de ces vidéos de témoignage d’anciens satanistes. J’en ai retenu une seule phrase qui illustre bien ce point :

« J’avais vendu mon âme au diable et signé avec mon sang. À l’époque, imbécile que j’étais, je n’avais même pas conscience qu’elle lui appartenait déjà. »

 

L’impureté est dans la coupe

Dernier enseignement biblique majeur abandonné lorsqu’on joue à savoir si oui ou non un chrétien peut boire du Coca-Cola, du Monster et manger des Pringles: celui de Marc chapitre 7.

Si vous croyez que la lutte à mener se trouve à l’extérieur de vous-même, que votre but est de vous préserver de ce qui pourrait vous souiller, c’est oublier la vérité: que l’impureté sort de votre propre être.

L’histoire enregistre nos bêtises

J’ai entendu dire une fois qu’à l’apparition du vélo, lorsque les chrétiens ont eu le choix de s’en procurer un, certains faisaient campagne contre, sous prétexte que c’était un instrument du diable. On a tous entendu ces histoires de lessive, de logos mystiques (Procter&Gamble), de puce dans la main et ces débats interminables sur le rock, le rap et même la pop. Economisons les occasions pour les adversaires de la foi de nous tourner en ridicule.

Chrétiens, gardez votre calme, revenez au bon sens de la foi et lachez Youtube. Rachetez le temps !

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck est marié à Flavie. Ils ont 4 enfants. Après un cursus à l'Institut Biblique de Genève, Franck et sa famille ont rejoint une implantation à Toulouse. Franck a aussi le souci que les graffeurs entendent l'Évangile avec GospelOnWallz.

Articles pouvant vous intéresser

  • Olivier

    Merci… ça fait du bien de lire de tels articles !

  • Soccio

    Bonjour Franck , en lisant ton article j’ai l’impression que tu vis au pays des bisounours, pourtant Jésus nous dit que nous devons être prudent comme des serpents !, Quand tu dit que L’histoire enregistre nos bêtises , j’ai peur que tu banalise les conséquence d’une vie trop permissive et sans garde fou. Justement Satan utilise le monde du showbiz, sport, et du cinéma pour souiller nos esprits par des messages subliminaux (pornographie, violence, vie de débauche,banalisation de l’occultisme, glorification de satan etc), et surtout il cherche à nous créer des idoles dès lors ou nous aimons plus le monde que notre Seigneur !.Jacques 4:4
    Tu fais également allusions à la puce RFID, donc si je suis ton raisonnement, le jour où elle deviendra obligatoire nous devrons l’accepter ?

    • Franck

      Bonjour Soccio,

      Peut être s’est-on mal compris? Je pense que ma vision, qu’exprime ce billet d’humeur, s’harmonise très bien avec les recommandations morales contenues dans le NT auxquelles vous semblez faire allusion. Nous devons nous garder de l’immoralité sexuelle par exemple. Mieux, elle les sublime même. Parce qu’en accusant constamment Satan ou des démons qui nous habiteraient ou tenteraient de nous « souiller », nous nous déculpabilisons.

      Entre parenthèse, concernant votre allusion à Mt10.16, vous remarquerez dès la première lecture que Jésus parlait des Hommes (10.17) et pas de démons, ni de satan, ni du showbizz, ni de sport ou de culture. D’ailleurs je pense à cette citation (que je traduis rapidement) :

      « C’est absolument nécessaire que l’Église d’aujourd’hui retrouve cette capacité d’être une communauté « contre-culturelle », séparée du péché du Monde.

      Il y’a quelques années, les évangéliques avaient cette sensibilité au fait d’être « séparé du monde ». L’auteur Tom Sine se souvient de ce temps :
      « Lorsque j’ai intégré un collège chrétien dans les années 50, tout le monde savait que le danger qui nous guettait, c’était la « mondanité ». Le seul moyen de maintenir une vie de chrétien était de s’abstenir de la mondanité. Malheureusement, nous avons rabaissé et définis la mondanité de manière légaliste en condamnant les cosmétiques, la danse, les jeux de cartes ou dans certaines traditions en portant la cravate !

      Tragiquement, la plupart des évangéliques aujourd’hui ont abandonné non seulement ce définition au rabais de la mondanité mais également ce qui en faisait sa substance.

      Une mondanité beaucoup plus radicale a infiltré chaque recoins de nos Églises. Cette mondanité prend la forme du racisme, de la promiscuité sexuelle, du matérialisme et du divorce facile.

      (Ronald J. SIDER, The Scandale of the Evangelical Conscience – Why are the christians living just like the rest of the world ?, Michigan, Baker Books, 2005, p.105)

      ps. Je répondrai dans quelques semaines rapidement à cette question de puce. Sachez simplement que vous faites allusion à Apocalypse 13.16,17 et qu’avant vous certains ont eu peur de la TV à cause du verset 15. Comme dis, l’histoire (et internet) enregistre nos bêtises. Soyons sur nos gardes

  • dan

    « Soit l’on appartient à Satan, soit nous sommes sous l’autorité du règne de Jésus-Christ. »
    Faux. Sur quoi fondez-vous cette affirmation ?
    Satan est à comparer à la gravité terrestre : il nous tire tous de manière égale vers le bas. En tant que créature – comme vous l’avez justement rappelé – il rend des comptes au Créateur (c’est une erreur classique d’opposer Dieu et Satan, et vous ne la faites pas)
    En cela il fait son job et nous indique la bonne direction : verticale
    Évidemment, si l’on cède à sa tentation on descend – c’est grisant, comme au ski – et plus dure sera la remontée mais si Jésus nous invite à monter cela ne signifie pas que la situation soit binaire comme vous le dites : en effet, « l’amour c’est peut-être ce mouvement qui te ramène doucement à toi-même » comme le rappelle si magnifiquement Antoine de Saint-Exupéry, c’est dans ce mouvement d’aller-retour (dans l’absence, l’éloignement, l’amour se manifeste : cela déclenche le mouvement d’approche, puis dans la présence il a tendance à s’évaporer, les disputes commencent et l’on s’éloigne, pour se rapprocher à nouveau en se pardonnant etc. jusqu’à se terminer dans un mouvement de va et vient intense, jusqu’à une situation ou l’on « meurt » à soi-même, devenant ainsi totalement Divin l’espace d’un instant, car Dieu n’est pas stable dans le monde créé) c’est donc dans ce mouvement d’éloignement et de rapprochement que l’on apprend ce qu’est l’amour véritable et que l’on devient progressivement « amoureux » de manière permanente et de plus en plus intense comme Jésus l’est (aimez-vous les uns les autres COMME JE VOUS AI AIMÉS)
    Bien à vous