Lire Ensemble Fiers de Toi Fiston – 2/5

Seconde semaine de lecture pour les parents de TPSG qui parcourent tous ensemble Fiers de toi, fiston! (Tedd Tripp) Sauver les apparences ou sauver son cœur: le grand défi de l’éducation. Cette semaine, on discute les chapitres 3 et 4 dans les commentaires.

 

Le chapitre trois : Qui notre enfant adore t’il ?

Si vous suivez le fil de la lecture, ce chapitre est indissociable du 2ème. Tedd Tripp y avait montré l’importance des influences extérieures sur l’enfant. Elles sont déterminantes, mais pas autant, d’après lui, que « l’orientation spirituelle » de l’enfant.

Si chaque enfant réagit aussi différemment aux influences extérieures, c’est tout simplement parce qu’il n’adore pas la même chose que les autres. Pour les parents qui ont plusieurs enfants, c’est très facile de voir qu’aucun ne se ressemble.

Notre objectif, en tant que parents chrétiens, est de les guider à adorer (et donc servir) le seul vrai Dieu. Leur montrer à quel point les idoles sont décevantes et le Seigneur digne d’être adoré. Et surtout combien c’est bon pour nous! Après tout, on a tous été créés pour ça.

 

Retour sur la polémique de la semaine passée

Sans revenir sur toute une polémique des commentaires de la semaine passée, Tedd Tripp insiste bien sur un des fondements de la foi (et du livre)

« un enfant n’est jamais neutre (…) même tout petit » (p.45,46)

l’enfant, sans distinction, est un fils d’Adam (1Co15.22). Soit il adore le Seigneur, soit il adore des idoles. Et, qu’il le ressente ou pas, il est responsable (en même temps que victime) de cette idolâtrie.

La seule solution envisageable est hors de notre portée: il lui faut un changement du cœur. Et pas (seulement) un changement de structure familiale ni l’attente d’une maturité. C’est l’affaire de l’Eternel (Ez11.19,20; 36.25,26). C’est là où l’Évangile (ce que Dieu a fait pour nous sauver) prend tout son sens.

 

Vous pourrez aller un peu plus loin sur le sujet avec cet article ? Ou dans les commentaires?

 

Le chapitre quatre : Le mandat des parents

On aborde un des gros mots de notre société, l’autorité. Et la question qui s’y rattache. De quel droit les parents pourraient-ils diriger/exiger quoi que ce soit de leurs enfants ? Réponse simple: Dieu. C’est Dieu qui exige des enfants qu’ils obéissent à l’autorité qu’il a délégué à leurs parents. Précision importante : c’est une autorité bienveillante et, elle-même, régulée par sa propre autorité.

La mise en garde est claire contre les parent-tyran. Dieu n’a jamais décrété que les enfants devaient en tout temps rendre la vie des parents confortable et tranquille. Il les a plutot placés à cette charge comme ses représentants. Les parents représentent Dieu dans la famille. Ils sont ses intendants et lui rendent des comptes.

J’aime beaucoup cette image qui m’empêche d’outrepasser mon rôle, et les enfants le savent : « le chef de la famille, c’est papa, et le chef de papa, c’est Dieu » (ce sont leurs mots). Par conséquent :

– cela implique plus de légèreté sur certains sujets : c’était un bon rappel encore cette semaine. La plupart des règles qu’on essaierait d’imposer aux enfants ne sont pas vraiment des transgressions de la Loi de Dieu, mais plutot des transgressions des lois du royaume que les parents se construisent et dont ils tentent d’être rois plutot qu’intendants.

– plus de gravité sur d’autres : nous avons tous tendance à minimiser le péché. Quand le Royaume de Dieu est mis en péril, cela ne nous pousse pas à « monter sur nos grands chevaux », pas autant que quand notre propre royaume est en danger. Cette semaine, j’ai repris un enfant à cause de l’usage de sa langue. Il m’a demandé pardon, mais celui qui était offensé, c’est Dieu le Père (Ja4.12), pas moi.

 

Un point sur vos retours

Le but n’est pas d’en dire trop dans ces billets, mais de créer la discussion. C’est donc à vous de jouer.

Qu’en avez-vous pensé? Avez-vous lancé la discussion avec votre conjoint? Un couple me faisait remarquer que c’est la première fois qu’ils lisent un livre à 2 à haute voix, et que c’était source de joie dans leur communication.

Et vous, comment vivez-vous ces 2 premières semaines? Est ce une bénédiction? Prêts à attaquer le grand ménage des chapitres 5 à 7 cette semaine?

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck le sert à l'Église Protestante Les Deux Rives, à Toulouse. Il est marié à Flavie, ils ont 5 enfants.

Articles pouvant vous intéresser