Lire Ensemble Fiers de Toi Fiston – 3/5

Félicitations à tous les lecteurs/lectrices et les couples qui sont arrivés à cette troisième semaine de lecture. C’est une course de fond, et la moitié du chemin est parcourue. Bravo.

Il est temps, comme chaque semaine, de commenter Fier de toi, fiston! (Tedd Tripp) Sauver les apparences ou sauver son cœur: le grand défi de l’éducation. Cette semaine, on discute les chapitres 5 à 7.

Certains couples, comme Tabitha et Jeremie, parlaient de « révélation » la semaine passée. Comment avez-vous vécu le chantier de cette semaine? Réagissez dans les commentaires. Vous souhaiteriez avoir un éclairage plus détaillé qu’un simple commentaire, n’hésitez pas non plus à demander des articles supplémentaires.

 

Le chapitre cinq: identifier nos objectifs fonctionnels

Ce chapitre servait à « déblayer le terrain » avant de construire. Son message est simple: qu’on le veuille ou non, nos choix d’éducation sont les moyens que nous utilisons pour atteindre nos objectifs. Et qu’ils soient clairement énoncés ou non, ces objectifs existent.

Ce chapitre nous aidait à les identifier, et le suivant, à les confronter à la bonne volonté de Dieu pour nos familles.

Un exemple de mauvais objectif

L’un de ces mauvais objectifs était « le salut des enfants ». Un peu surprenant au premier abord, mais l’observation est juste : au fil des années, notre définition de la conversion s’est effritée et ce qui était observé à l’échelle de toute une vie s’est réduis à une « décision », une prière, appuyée par un acte physique.

Nous devons (re)prendre conscience que ce n’est pas ce que nous voulons pour nos enfants. Nous voulons qu’ils marchent, chaque jour, avec le Seigneur. Que la repentance et la foi soient leur style de vie, et pas juste le début d’une de leurs aventures. Qu’ils ne pensent pas que « l’Évangile, c’est pour les non-chrétiens ».

Toute la subtilité est là: sommes-nous, nous même, convaincus que « la vie ne vaut pas le coup d’être vécue sans Dieu » ou voulons-nous juste apporter un peu de Jésus à leurs emploi du temps déjà bien remplis? Notre objectif personnel est-il

glorifier Dieu et de trouver en lui notre bonheur éternel?

C’est peut être le moment de commencer à écouter la piste 13 de ce CD avec les plus jeunes ?

La question qui dérange

Le chapitre pourrait se résumer à cette question: Quelle est votre définition de la réussite ? Et si vous voulez un vrai état des lieux, pour ceux qui auraient de grands enfants, demandez-leur d’y répondre à votre place.

 

Le chapitre six: juger nos objectifs à la lumière du but de Dieu pour l’Homme

La construction commence. C’est littéralement un nouveau style de vie que l’auteur nous appelle à avoir. Un style d’éducation où on pousse l’enfant vers Dieu et non ses propres ressources. À l’image de Jésus dans le sermon sur la montagne.

 

Justice divine ou justice pharisienne?

Mise en situation : la semaine passée, on a présenté aux enfants les paroles de Jésus « aimez vos ennemis » (Mt5.44) et sa phrase choquante « moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre » (Mt5.39).

Le jour suivant, une dispute éclate, et l’un des enfants vient à moi: « papa, j’ai aimé mon ennemi parce qu’on ma poussé, mais moi j’ai tendu l’autre joue; c’est bien hein? ».

Comment jugez-vous la situation? Échec total. N’est ce pas? L’enfant quitte bien le terrain de la violence, mais il se réfugie dans l’autojustification. Comme s’il était capable d’accomplir ce que le Seigneur lui a présenté. Comme s’il était en mesure de satisfaire les exigences divines.

Il ne faut jamais oublier que nous ne cherchons pas à aider les enfants à puiser en eux-mêmes des forces surhumaines. Nous mettons en avant leur besoin et la reconnaissance due au Sauveur, celui qui est notre justice parfaite.

Au niveau du comportement, dans cette situation c’est le jackpot, mais au fond, au niveau du cœur, c’est la catastrophe.

 

Décrivez-nous votre chantier

Quel est l’objectif pour lequel vous vous êtes sentis repris. Qu’avez-vous mis en place pour le remplacer par celui que l’auteur présente?

 

Le chapitre sept : renoncer aux moyens humains

Maintenant que le grand objectif est là, il faut parler des méthodes; des moyens pour l’atteindre. Où allons-nous aller les cueillir? De votre réponse à cette question dépendra votre « succès »: votre histoire personnelle, les derniers livres et méthodes à la mode, un grand mélange d’un peut tout..?

Si tout va bien, à la fin de ce chapitre, vous avez une envie irrépréhensible de connaître les méthodes bibliques parce que l’auteur ne laisse de chance à aucune de ces méthodes non bibliques.

Tenez vous prêts, la semaine prochaine vous découvrirez le premier des trois grands moyens bibliques à adopter…

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck le sert à l'Église Protestante Les Deux Rives, à Toulouse. Il est marié à Flavie, ils ont 5 enfants.

Articles pouvant vous intéresser

2 thoughts on “Lire Ensemble Fiers de Toi Fiston – 3/5

  1. Tabitha dit :

    On est en retard ! Le chapitre 7 n’est pas encore lu…faut dire que les chapitres 5 et 6 faisaient bien réfléchir et qu’on voulait prendre le temps de répondre aux questions….
    La question des objectifs…en fait, on s’est rendu compte qu’on a choisit d’avoir des enfants, de les éduquer mais qu’on avait jamais pris de temps de réfléchir à l’objectif de notre éducation…ça craint non ? Bref maintenant on l’a fait et on l’a re-réfléchis à la lumière du chapitre 6…
    Je ne me sens toujours pas à la hauteur mais par la grâce de Dieu, je peux m’appuyer sur Lui et avec Jeremie, on pense très sérieusement à faire une grande affiche : « le but de notre vie, c’est de glorifier Dieu et prendre plaisir en Lui ». On savait que c’était l’objectif de notre vie mais combien de fois on se laisse happer par le quotidien et on en oubli cet objectif.
    Et vous les autres parents ou futurs parents, l’évaluation de vos objectifs ça vous a apporté quoi ?
    Dès idées de pistes toute pratique ?

    1. Rachel DL dit :

      Nous aussi on a été bousculés par ce constat : on a deux enfants mais on ne s’est jamais fixé des objectifs clairs en terme d’éducation. Pourtant, en discutant, on s’est rendu compte qu’on avait des idées sur ce que pouvait être la réussite pour nos enfants. Encore une fois, ce livre nous questionne beaucoup en tant qu’adultes sur notre marche avec Jésus au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image