Offrez-leur un cours de prière en soignant vos prières publiques

Apprenez aux autres à prier en soignant vos prières publiques.

Nos journées sont remplies d'occasions de prier. Que ce soit en petit groupe, en famille, le dimanche matin ou en un à un; ces occasions, bien préparées, deviennent de sérieux atouts dans la formation de disciples.

Quand nous prions, nous nous adressons premièrement à Dieu. C’est une évidence. Cependant, il est aussi vrai qu’en priant publiquement, nous ajoutons un destinataire intermédiaire à cette communication (Jn 11.42). Non pas que nos prières seraient adressées aux Hommes, mais elles ont le pouvoir d’être une leçon vivante de piété. Nos prières ont le pouvoir d’édifier et de créer en un autre chrétien une saine manière de prier; inspirer de justes requêtes et des manières bibliques de les adresser au Père.

Mais pour cela, encore faut-il que nous soignions nos prières publiques.

 

Pour enseigner, apprenons d’abord

De nombreuses prières sont retranscrites dans la Bible. L’apôtre Paul, par exemple, a dévoilé ses sujets de prière aux chrétiens d’Asie mineure dans sa lettre dite aux Ephésiens. Et ces sujets sont stupéfiants d’originalité et de profondeur; on rencontre trop rarement des chrétiens qui prient pour « l’illumination des yeux du cœur » ou la « fortification de l’être intérieur ».

Le Seigneur Jésus a lui-même répondu à notre question « apprends-nous à prier ». Loin d’être un mantra, il nous a notamment dévoilé dans « Le Notre Père » quelles devaient être les bonnes proportions et nos préoccupations dans la prière: le nom, le règne, et la volonté de Dieu le Père (Mt 6.9,10) notre besoin de pardon et la lutte contre le péché (Mt 6.12,13), etc.

Pour bien enseigner à prier, nous devons nous-même chercher à pratiquer un modèle biblique. Le livre de D.A. Carson sur le sujet est une très bonne aide.

 

Des prières publiques lues?!

Les prières lues parce qu’écrites à l’avance ne sont plus monnaie courante, mais elles peuvent nous aider à mieux soigner la prière pour l’enseigner. Si le « manque de spontanéité » vous dérange, commencez par vous demander d’où vient cette nécessité de la spontanéité? Ensuite, faites la moitié du chemin en écrivant ou en pensant au minimum aux sujets avant de les verbaliser.

Ces quelques questions pourraient aussi vous aider à mieux formuler vos phrases pour mieux former:

  • Qu’est ce que je sais de la volonté de Dieu sur ce sujet?
  • Quelle promesse Dieu a t’il faite sur ce sujet?
  • Quel attribut de Dieu concerne directement mon sujet?
  • Ai-je bien en tête le fait que Dieu sait déjà ce que je lui demande? (ça permet souvent de ne pas faire l’erreur de Mt 6.7)
  • Ai-je bien en tête le fait que Dieu écoute, et même désire, entendre mes prières?
  • Est-ce une occasion pour (juste) louer ou se repentir?
  • Suis-je préoccupé par le Nom de Dieu, son règne, sa gloire?

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck est marié à Flavie. Ils ont 4 enfants. Après un cursus à l'Institut Biblique de Genève, Franck et sa famille ont rejoint une implantation à Toulouse. Franck a aussi le souci que les graffeurs entendent l'Évangile avec GospelOnWallz.

Articles pouvant vous intéresser