Que laisserez-vous après votre départ?

Vous êtes vous déjà demandé ce que vous laisserez après votre mort? Comment parlera-t-on de vous le jour de vos obsèques? Les vivants seront-ils obligés de mentir? Qu'est-ce qui aura marqué votre existence? Votre joie de vivre? Votre foi? Vos capacités?

La question peut paraître sinistre, mais elle permet de mieux vivre le temps présent. Un peu comme si ça valait le coup de "parler du présent en prenant la fin comme point de départ" comme dirait l'autre.

Ce qui compte vraiment

À la question « Qu’est-ce que j’aimerais laisser après mon départ? », l’apôtre Paul répondrait certainement sans aucune hésitation: « l’amour ». Cela vous surprend? C’est ce que nous enseigne le chapitre 13 de sa première lettre aux Corinthiens. Paul écrit à des chrétiens passionnés et doués (1Co1.7) et attire leur attention sur « la voie par excellence » (1Co12.31), à savoir l’amour.

L’amour est, selon lui, supérieur à tout ce qui fait vibrer les Corinthiens ou qui pourrait nous intéresser (v.1-3): le spectaculaire, le jamais vu, la prophétie, la connaissance, les capacités intellectuelles, la sagesse, même la foi, l’altruisme et le martyre, l’amitié, la reconnaissance, les conquêtes… Sans l’amour, toutes ces aspirations sonnent creux. L’amour est supérieur même à la foi et l’espérance (1Co 13.13) parce que c’est le seul qui restera à la fin de tout (1Co 13.8).

Si nous trouvons ce projet peu attirant, si nous pensons qu’il vaudrait mieux entendre parler de notre foi le jour de nos obsèques, si nous pensons que l’amour c’est un peu cul-cul… c’est que nous avons besoin de redéfinir ce qu’est l’amour.

Non, cet amour n’est pas cul-cul

Les « Feux de L’Amour » peuvent l’être, mais pas l’amour dont parle Paul. Il le définit précisément dans 1Co13.4-7 notamment:

-L’amour est patient, c’est-à-dire endurant face aux blessures à répétition (et inévitables) de nos relations. Sans représailles, il ne fait pas qu’encaisser, il répond aux offenses avec gentillesse et bienveillance parce qu’il est « plein de bonté ». L’amour, le vrai, aime ce qui est détestable!

-Mieux encore, l’amour dont parle Paul est un amour hétérocentrique: il ne jalouse pas, ne se compare pas, ne se vante pas, il est humble, modeste, simple. Son intérêt, c’est l’autre. Il ne prend l’ascendant sur l’autre ni en s’irritant par la colère, ni en s’irritant par la susceptibilité. Il est paisible, sans crainte, et se réjouit de la vérité.

-Oubliez les phrases comme « ils se sont aimés », « mon amour s’est éteint » ou « je ne t’aime plus ». D’après Paul, si l’amour s’est éteint, c’est qu’il n’a jamais été amour. Parce que l’amour pardonne tout, il est prêt à supporter n’importe quelle situation et trouve toujours de l’espoir.

Vous l’avez compris, cet amour est surhumain. Justement. Si l’amour est si désirable et aussi peu cul-cul, c’est que…

L’amour, c’est la marque suprême du chrétien

Pourquoi Paul peut-il demander à ses lecteurs de « rechercher » (1Co 14.1) cet amour avant tout? Ne serait-ce pas plus important de parler de la foi par exemple? Si Paul fait de l’amour la priorité, c’est tout simplement parce que les Corinthiens sont des chrétiens. Autrement dit, ils sont les membres du corps de Christ (1Co 12.27). Leur ancienne vie, dominée par les idoles de l’estime personnelle, est terminée (1Co12.2). Désormais, le sang de l’amour de Christ coule dans les veines du corps dont ils font partie. Jésus a comblé tous leurs besoins et ils sont prêts à renoncer à tout le reste, parce qu’ils ont tout gagné en lui. Cet amour, c’est la marque même de leur foi.

Si l’amour est supérieur à tout et mérite tous nos efforts, c’est parce qu’il est la marque suprême du chrétien; il devrait régir notre présent et être immanquablement remarqué par tous. Recherchons l’amour avant tout.

Le jour de nos obsèques:

  • Aura-t-on montré un amour choquant, surhumain, notamment pour ce qui est détestable?
  • Aura-t-on compris à temps qu’il nous fallait puiser à la source, en Christ, dans l’Évangile?
  • Faisons le test: imaginons ce que notre épouse, nos enfants, nos voisins, nos collègues, notre patron, notre boulangère… diraient de nous le jour de nos obsèques?

Demandons à Dieu de nous convaincre de la supériorité de cet amour. Demandons lui de nous permettre de le désirer ardemment et de mieux le comprendre pour mieux le vivre.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Franck Godin

Disciple de Jésus, Franck est marié à Flavie. Ils ont 4 enfants. Après un cursus à l'Institut Biblique de Genève, Franck et sa famille ont rejoint une implantation à Toulouse. Franck a aussi le souci que les graffeurs entendent l'Évangile avec GospelOnWallz.

Articles pouvant vous intéresser

PARCOURS EMAILS GRATUIT
6 jours pour approfondir ma vie de prière
close-link
Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image